Réunions
Membres

Le Rallye-Promenade du 14 mai 2017.

_______________

LE MOT DU PRÉSIDENT…

Le mot de la fin, en somme… ce sera ce mot de cinq lettres que, selon Victor Hugo, le général de division Pierre Cambronne aurait lancé au lieutenant-général britannique Charles Colville, le 18 juin 1815, alors que les ombres s’allongeaient sur la morne plaine de Waterloo, et que j’adresse à mon tour à mon successeur et ami.[1]

Non pas que je me refuse à transmettre la cloche et le maillet ainsi que le joli petit insigne, symboles de la fonction que j’ai exercée durant douze mois, mais j’ai choisi cette apostrophe au sens que lui donnent les comédiens français, afin de souhaiter bonne chance à tel ou tel de leurs camarades. Dans le monde anglo-saxon, on dit plutôt « Break a leg ! »

Et précisément, un kilomètre à pied, ça use, ça use... un kilomètre à pied, ça use les souliers. Je le savais depuis que, jeune émule de Lord Robert Stephenson Smyth Baden-Powell of Gilwell (alias B.P. pour les intimes), j’arpentai les chemins de France en compagnie de Phoque Hilarant et d’Albatros Irascible. Il me restait, bien des années plus tard, devenu Lion Fureteur, à découvrir qu’une année de présidence laisse des traces plus profondes qu’aux semelles d’une paire de godillots ferrés.

Moi, Président, j’ai cru pouvoir, sinon changer, du moins améliorer les choses. Influer sur le cours des événements, imprimer ma marque et, pourquoi pas, laisser celle-ci dans l’Histoire. Etre celui qui en cette année centennale allait réformer le Lionisme, lui insuffler l’élan nécessaire pour affronter les défis du troisième Millénaire et figurer, aux côtés de Melvin Jones, au Panthéon des Lions illustres. Suis-je déçu ? Un peu. Je me rêvais général, je ne fus que vaguemestre.

Je ne veux pas cependant que l’alliance de la lucidité et d’une pointe de mélancolie me poussent à une autocritique que n’aurait peut-être pas désavouée le Grand Timonier, mais qui n’est malgré tout pas de mise.

Car l’équipe était bonne, et elle l’est toujours. Et je me réjouis de constater que ses membres vont continuer à apporter leur précieux concours au prochain président dont le dynamisme, la jeunesse et les idées vont, je l’espère, nous sortir des ornières des sentiers trop battus.

Nous, et je dis bien nous, pouvons tirer orgueil de quelques belles réussites, au premier rang desquels je veux citer la volonté que nous eûmes, dès l’origine, de marquer le Centenaire par une action interclub. Idée qui devait déboucher sur le Bal du Centenaire, mis en scène par nos amis de Cannes Europe, au succès duquel nous avons activement participé, en proposant que le bénéficiaire en fut le Centre d’Accueil de Jour Alzheimer Isola Bella, en y contribuant financièrement et généreusement, et en fournissant le tiers des convives présents lors de cette soirée. Pour mémoire, huit clubs du bassin cannois étaient impliqués dans cette action.

Demain, grâce à nos initiatives, un lieu public de Cannes sera nommé en l’honneur de notre fondateur, Melvin Jones, et une quarantaine de panneaux de stationnement réservé aux handicapés seront érigés dans les rues de la ville. Demain, le projet HARPE nous ouvrira de nouvelles voies.

Alors, que ce mot ne soit pas celui de la fin, mais celui de la continuité et du renouveau. Car, comme l’a dit Pierre Mauroy : « Les hommes passent avec le reste. Les justes causes, elles, ne meurent pas. »

[1]  Mot que Cambronne niera par la suite avoir prononcé, de même que le fameux « La Garde meurt, mais ne se rend pas ! » (puisque lui-même, blessé, avait été contraint de se rendre...)

François Morel - Président 2016-2017

  • Bienvenue sur le site du Lions Club

Cannes Croisette Riviera !

Historique du Club

C’est au cours de l’année 1954 que Guillaume Benoist de Vignault, un promoteur immobilier de Cannes, réunit autour de lui un petit groupe d’amis qui partageaient son enthousiasme pour les objectifs humanitaires et la générosité du Lionisme qui venait de prendre racine en France peu d’années auparavant et, à Nice, quelques mois avant Cannes. C’est ainsi que naquit le « Club de Cannes.

La charte de fondation fut remise au Club le 14 février 1955 par le Gouverneur du District 103 Sud-Est, le Dr Roger Dilon, le Club Nice Doyen nous portant pour sa part sur les fonts baptismaux. Le nouveau Lions Club de Cannes fut ainsi le deuxième à être créé sur la Côte d’Azur. Il allait à son tour susciter la création des clubs de Grasse, Antibes, Carpentras, auxquels viendront s’adjoindre Lindau (Allemagne), Fianarantsoa (Madagascar), St-Denis (La Réunion), Dignes ainsi qu’à Cannes même, Cannes Mimosa, Cannes Californie et le Leo Club Cannes Croisette.

Le Club, depuis 60 ans, a toujours compté plus de 20 adhérents, 40 en moyenne, jusqu’à 69 au plus haut et 44 actuellement. Le Club s’enorgueillit d’avoir compté simultanément pas moins de quatre gouverneurs. On ne compte plus les Présidents de zone, de Région et officiels du District, on frôle la trentaine.

Notre Club est aujourd’hui le plus important en effectifs de la Côte d’Azur. Il appartient à la zone 22, de la Région 2, du District 103 Côte d’Azur-Corse, du District Multiple 103 (France). Il participe activement aux conventions, forums, congrès, réunions de zone, séances de formations du District et tient régulièrement des conseils d’administration et des assemblées générales.

Enr janvier 2013, avec l'intronisation de notre premier membre féminin, nous nous ouvrons à la mixité. Évolution confirmée le 1er juillet de la même année par la fusion avec Cannes Riviera, club féminin fondé le 4 juin 1988. Le Past-Président international, Wayne A. Madden, nous adresse un « écusson de fanion » pour le maintien des effectifs. Nous portons désormais le nom de Cannes Croisette Riviera.

Le 17 février 2014, Cannes Mimosa, notre filleul, cesse ses activités, et fusionne à son tour avec nous, et nous remportons le challenge « accroissement des effectifs » de notre Gouverneur Pierre Habrard.

Le 23 janvier 2015, nous avons célébré notre 60ème anniversaire ! Au Carlton de Cannes, avec la participation du maire de Cannes David Lisnard, du gouverneur Philippe Segond et de très nombreux amis et invités (160 au total). Une soirée remplie d'émotion, de nostalgie, mais qui témoigne aussi de la jeunesse et de la vitalité de notre Club, et de notre volonté d'aller de l'avant, toujours fidèles à notre devise :

NOUS SERVONS !

 

 

Le Lions Clubs International est la plus grande organisation de clubs service dans le monde, avec 1,4 million de membres dans à peu près 46 000 clubs, répartis dans plus de 200 pays et aires géographiques à travers le monde.

Actualités du Lions Clubs International
Connect with Us Online
Twitter